Thème pour dimanche (rappel d'un article de Partage)

Publié le par Robert Denice

 

Rappel sur le thème Sécurité comme lu dans le N ° 179 (dela revue  Partage) qui n'a donné qu'un article; à ce propos, je vais d'abord remercier l'équipe de Partage qui propose à chaque parution, des thèmes qui, dans le développement interrogatif suivant, laisse chaque fois une bonne dizaine de question qui peuvent même être  utilisées en réunions de groupe, tellement ces questions sont liées à nos "déficiences" et les réponses seront de ce fait les moyens de les soigner, modifier, adapter, corriger ETC.. Merci pour vos bons choix.

 

                  Pour ma part, le mot sécurité, comme pour beaucoup je pense, est une constatation à s'écarter du danger pour l'éviter, ex : traverser la route en regardant des deux côtés sécurité routière!

                   Sécurité en montant sur une échelle ou le toit d'une maison etc.. !

 

                   Dans mon expérience et mon parcours AA, où les anciens m'ont ouvert les yeux, il faut que je revienne au point de départ; je suis alcoolique, abstinent depuis longtemps mais l'abstinence ne me procurera la sécurité que si en plus j'essai d'acquérir la sobriété émotionnelle.

 

                  De même que le programme apaise, il ouvre l'esprit à la spiritualité, au détachement libérateur de beaucoup de dépendances, du matériel, de l'argent, d'un meilleur usage ou d'une meilleure utilisation de mes gestes, mes paroles mes contacts, mes amis, la société dans son ensemble!

 

                   Après les joies de" l'alcool festif ", la dépendance à tout transformé en besoin et en peur de manquer de tout, puisque dés que je possédais quelque chose, je perdais tout à cause de cet alcool, je remontais et rebuvais tout, la spirale sans fin que beaucoup ont connu!

 

                  Il m'a fallu l'éveil à la spiritualité qui a bien sa place dans notre programme, pour ôter mes peurs et mes insécurités et commencer à sentir ce que signifiait ce mot sécurité par rapport à mon alcoolisme; En trouvant la foi, l'espoir est né, l'évidence de la réussite du programme pour ceux qui le pratiquaient me redonnait la confiance que, cela était possible;

 

                  Sorti des bas fonds de la cloche, des bancs pour dormir et des poubelles pour manger, entré chez les AA, à la vue et à l'écoute de ce qui s'y passait, moi qui ai frôlé le pire, j'avais eu mon            "Perl- harbour " comme dit dans nos livres.

 

                    Donc ma sécurité se trouve maintenant dans le fait que mes peurs de manquer, d'avoir aux fesses le Fisc pour les dettes qui traînaient, mais mon désir sincère et profond de vouloir arrêter de boire

s'est accompli par la mise en pratique immédiate du programme (je n'avais plus d'autre choix); J'ai fais

face à la vie plutôt que de la fuir dans l'alcool, regardé les gens en face en leur disant la vérité lorsque cela était nécessaire, ex : Le Fisc, j'ai rencontré autours de moi des gens compréhensifs qui m'ont aidé à aller vers les solutions de relèvement que me préconisaient les AA.

 

                    Oter le masque, parler vrai, ne plus se jouer la comédie (ni aux autres); Alors je me suis senti en sécurité à l'intérieur de moi, les peurs, les angoisses se sont dissipées; J'ai limé une grande partie des excès de mes déficiences, bouché les trous de mes manques affectifs ou autres en étant plus prés des autres et plus vrai, n'ayant jamais été timide, mais grand comédien, l'humilité m'a aussi beaucoup aidé à ressentir ce sentiment de sécurité j'ai dégonflé la plus grosse partie de mon ego qui risquait de me faire exploser!;J'ai subi plusieurs interventions chirurgicales en grande confiance, que pouvait-il m'arriver de pire que les peurs et les douleurs déjà subies;

 

                   Grâce aux AA, je vie en paix et en sécurité mentale un jour à la foi, et remercie de pouvoir en connaître la différence.

                    Bien fraternellement à tous.                  Robert de Nice.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Robert.Duval 03/05/2009 09:34

la grande insécurité qui me poussait à boire, avait pour source,une multitudes de peurs, la peur de perdre, de ne pas être aimé,peurs et angoisses étaient le foyer de mes douleurs mentales,l'alcool avait aidé à calmer cela, mais détrisait tout,une forme de médicament-poison,le liquide enlevé, il me restait à soigner les blessures anciennes de mes déséquilibres,avec les AA, j'y suis parvenu, je le souhaite sincèrement pour vous. RT.