Sujet 20 Avril

Publié le par Robert Denice

ETAPES. AA.      (4 ème et 5 ème).

 

Avec les AA, il devenait possible d'apaiser mes angoisses, mes doutes, retrouver confiance et espoir dès mes premières rencontres, un programme m'était proposé pour cela, une méthode.

 

Mes échecs et l'acceptation de ne plus être sur le bon chemin, faisaient que cette démarche devenait le but d'une nouvelle vie, une nouvelle façon d'être.

 

La 4 ème étape venait d'elle-même, ayant fini sur les bancs avec bouteilles, j'avais tourné et retourné, (toujours de façon négative), le film de ma vie, des réussites, suivies d'échecs douloureux.

 

Force m'était d'admettre qu'il y avait bien en moi, certains défauts de personnalité dont de très évidents aux vues de l'ampleur et de la répétitivité des échecs. Une certaine honte bue, l'orgueil mis à plat (nez dans le caniveau), me permettait d'entendre les anciens AA et de faire aussi une 5 ème étape avec des gens qui m'écoutaient sans me juger. Sortir de moi ce mal-être.

 

J'en ressentais les bienfaits apaisants, de pouvoir le dire, d' y être encouragé, et réconforté, de ne pas regarder que le négatif, s'il était vrai qu'il y avait de grandes lacunes, il y avait eu du bon, et qu'avec quelques bonnes prises de conscience, un rééquilibrage devenait possible, malgré mes 40 années « ratées », une autre vie derrière existait...( J'ai maintenant 67 ans et le confirme)...

 

Excepté la première étape, qui était pour moi unique et définitive, les étapes 4 et 5, (comme les autres), constituaient mes guides et mes « garde-fou », grâce à elles, je ne me battais plus pour trouver la sortie de mes angoisses et de mes peurs.

 

Depuis bon nombre d'années, elles font parties de mon nouveau mode de pensée et d'actions, mais sans contraintes, à chaque lecture ou relecture, je découvre et parle sans honte, sans gène, sans crainte, avec mes amis, des découvertes de ce que je pensais être « des défauts », qui n'étaient en fait, que les fruits d'une construction mentale, sensitive et physique, faussée, durant l'évolution de ma vie et des choix qui en découlaient, (trop souvent mauvais), ce qui m'enfermait dans un labyrinthe d'où je ne pouvais plus sortir.

 

Ecrire et dire mes déficiences, (nous avons chacun les notre, elles nous sont propre) me faisaient apparaître ce labyrinthe que j'avais construit, le cheminant avec l'alcool, vers une sortie, plus qu'improbable. Ne me restait qu'une seule sortie :

Cesser de boire le produit qui faussait tous mes jugements ; Prendre conscience et accepter que mon personnage avait des failles ; (grâce aux AA cette découverte) d'être excessif, hyper émotif, hyper sensible, que ces failles n'étaient ni des vices ni des tares, mais les miennes, et réversibles.

 

J'ai donc pu les regarder, les accepter, en modifier une grande partie pour retrouver l'équilibre perdu. Seul un regard honnête à l'intérieur de moi et l'acceptation, m'ont permis, lentement, mais surement d'obtenir les résultats, que je suis heureux de vivre depuis.

 

Enfermé seul dans mes douleurs, je ne pouvais rien, les partages (avec d'autres qui avaient surmontés les mêmes problèmes), m'ont permis de trouver cette porte de sortie que je pensais inaccessible.

Merci aux AA, à la littérature, à Partage.

 

                                                                                Robert de Nice.  


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Robert.Nice. 09/07/2009 06:02

Merci LP, tout ce qui peut aider celui qui souffre et accueilli.

Louis-Paul 21/04/2009 21:39

Un lien très intéressant ci-après, très bonne soirée à toi et tes visiteurs.

http://www.psychologies.com/cfml/article/c_article.cfm/cfml/article/c_article.cfm?id=464&page=1