donnez votre avis, partagez...

Publié le par Robert Denice

L'ABOUTISSEMENT ! Expériences de vie au service des alcooliques qui souhaitent se relever !


Lorsque vous vous promenez en haute montagne, et voyez au loin, en face de vous des sommets beaucoup plus hauts que les vôtres, avec des pics, d'immenses parois lisses, le tout immaculé de neige blanche inviolée, alors vous pensez : « Il est impossible de monter si haut, c'est trop rude, trop lisse, trop enneigé, insurmontable ! ».

Nous avons vu au fil du temps quelques hommes, puis des femmes, escalader, monter, marcher d'un pas lourd et lent, dormir sur ces crêtes insurmontables, d'abord avec des pics, marteaux, cordes, des outils fabriqués de façon artisanale.

Puis du matériel un peu plus performant, mieux adapté, un bon entrainement, des échecs, tout cela pour acquérir de l'expérience, alors, nous avons vu, de nouveau , bon nombre d'hommes et de femmes gravir ces crêtes et pics dit « insurmontables » ; Arrivés au sommet, ils levaient les bras au ciel, étaient fou de joie, s'embrassaient, riaient, étaient les plus heureux du monde !

Chaque être humain rêve d'accéder aux sommets les plus insurmontables, mais la joie immense qui envahissait ceux qui y étaient parvenues, n'était pas le fait d'être en haut, mais surtout d'avoir bravé, franchi tous les obstacles qui y menaient, sans jamais renoncer, toujours persévérer, lutter contre les difficultés, les surmonter, dépasser ses faiblesses, c'est alors là que la joie éclatait !......

« Etre en haut, n'était que l'aboutissement des épreuves endurées, vécus puis vaincues, franchies, vaincre n'est pas le fait d'être en haut, c'est surtout de regarder en bas et voir le chemin parcouru, semé d'embûches, de difficultés, de douleurs, le tout dépassé par « la volonté d'un désir de réussir » et, la joie finale, c'est le résultat de ce parcours, et non le fait d'être en haut ! »

Pour nous AA, nous devrions méditer sur ces expériences de vie, comparer cela à nos douze étapes et douze traditions, parce que c'est bien le chemin parcouru qui nous mène au sommet du bonheur et de la joie de vivre, de fait, les douzièmes se situent en fin de parcours et non au pied de la montagne.

Il devrait être possible de prendre ce modèle pour pratiquer les étapes et les traditions, afin d'aller non pas vers les sommets, mais vers les douzièmes qui sont nos « formes de sommets »ou se tiennent les promesses des AA dont je bénéficie depuis de nombreuses 24h. (Bonne escalade à tous !:)
(Souvenir de 10 années passées en haute montagne, Alpes du Sud.)Grâce aux AA.
Robert Nice.


PARTAGE : Alcooliques Anonymes, 29 rue Campo Formio 75013 PARIS.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

R.T. 30/04/2009 10:58

J'avais détruit beaucoup à cause de l'alcool, il me semblais que m'arrêter était aussi difficile que d'escalader une montagne, j'aime beaucoup cette image, j'ai réussi à relever ma vie, sortir des tourments, la montagne est "escaladée", il suffisait que je fasse le plus difficile, (les premier pas en compagnie de ceux qui savaient), maintenant je vais bien. merci, R.T.

R.T. 30/04/2009 10:58

J'avais détruit beaucoup à cause de l'alcool, il me semblais que m'arrêter était aussi difficile que d'escalader une montagne, j'aime beaucoup cette image, j'ai réussi à relever ma vie, sortir des tourments, la montagne est "escaladée", il suffisait que je fasse le plus difficile, (les premier pas en compagnie de ceux qui savaient), maintenant je vais bien. merci, R.T.

Robert.Duval 28/04/2009 08:19

Ayant subi l'alcool jusqu'à l'âge de 40ans, j'ai gravi cette montagne avec ses difficultés, le désir sincère de m'en sortir, m'a permis d'arriver au sommet et effectivement, le plaisir fut de constater le chemin parcouru pour enfin trouver la paix et la sérénité,sortir de l'enfer de la bouteille, merci à ceux qui faisaient parti de la cordée dans cette escalade. R.D.