Etre aimée

Publié le par Robert Denice

Être aimée,        (à toi qui à souffert ou qui souffre encore)…

 

Cette belle enfant, née là dans le tourment,

Tremblante aux son des mots violents, cherchait un sentiment.

 

Celui que la vie oblige à connaître pour le transmettre, comme un calmant,

Très souvent donné avec douceur par les parents

S’il n’est pas connu petit, il manquera à l’adulte qu’il deviendra.

 

Ce si beau sentiment qui guérit tous les maux, c’est « l’Amour » belle enfant.

Tu as grandis sans le connaître, sans le sentir toucher ton être, il était absent.

 

Tu as vécu sans connaître son existence, sans savoir qui il était,

Pourtant ton corps et ton esprit le réclamaient, il est la douceur de la vie,

Une nécessité, sans lui, aucun adulte ne sera équilibré.

Il est l’équilibre du corps et de l’âme, la paix, la tendresse, le bonheur.

 

Ta lutte contre une maladie pour préserver ta vie, t’a éloigné de lui,

Tu te savais un manque, mais en toi, tu ne savais quoi, il était indéfini, inconnu…

 

Lorsque tu as grandi, tu ne connaissais rien de lui, seulement un mot gentil, amour…

Son absence répétée, en manque s’est transformée, tu l’as toujours recherché,

Sans savoir comment il était, cherché et cherché encore, sans le trouver.

 

Aucun de ceux qui t’ont entouré ne te l’a montré, ni donné,

Il est pour toi, une ombre sans visage, sans corps,

Et tu le recherches encore dans tes rêves les plus audacieux, les plus fous…

 

Je vais t’aider, belle enfant, jolie femme devenue, à le reconnaître ;

« Il est douceur, gentillesse, délicatesse, attentionné, donne souvent de doux baisers,

Jamais ne te bouscule ni ne te parle haut, il te connaît, te comprend, t’écoute »…

Lorsque tu le verras, tu le reconnaîtras, dans ses bras il te prendra,

Avec douceur t’embrassera, l’Amour alors tu connaîtras, son visage est un cœur…

 

Aimer et être aimée, c’est un échange, donner à l’autre que l’on aime, ce qu’il aime

Un être à aimer devient alors l’être aimé.

 

Lorsqu’il sera devant toi, ne le repousse pas, acceptes-le, ne le craints pas,

Ce n’est pas lui l’amour, c’est ce qui est en lui, le reste n’est qu’illusion.

 

(Mes amours sont mortes avant même que d’exister,

 Sans caresse, sans tendresse, je n’ai fait que rêver).

 

                                                                                   Robert de Nice.

 

 

(Inspiré de la vie de mon Amie Mart….),

                                                                             Nice le 30 Mai 2009. 

                                                                                                                 Robert.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Robert.Nice. 09/07/2009 05:43

QUE POUVONS NOUS FAIRE SANS AMOUR ET SANS TENDRESSE?...
Rêver, vivre des illusions, l'amour vrai, sincère, donné, offert et le seul cadeau qui soignera toutes les blessures.