Lettre à moi même.

Publié le par Robert Denice

Lettre à moi-même. (Au sortir de l'enfer de l'alcool).         Robert (mars 1983).)                                                           

 

Que faisais-tu, toi le Robert, si convaincu de ta toute puissance ?

Que faisais-tu de ton corps, de tes pensées, de tes actes dans tes absences ?

Que s'est-il passé pour que tout s'écroule, malgré tes connaissances ?

 

Ho, Robert, je suis ton âme, enfuie sous les décombres de toutes tes destructions.

Pourrions-nous regarder ensemble, ramasser les fruits morts ; de tes illusions perdues ?

Recherchons les causes qui expliqueront peut-être les pourquoi de ces explosions ;

Les fruits récoltés nous montreront quel arbre tu avais planté, puisque ses fruits tu ne veux plus récolter, il faudra alors l'enlever et le brûler cet hiver dans la cheminée.

 

Aujourd'hui un printemps nouveau t'aidera à replanter un autre arbre, que tu aimeras avoir dans le jardin de ta nouvelle vie, pouvoir y récolter les fruits vrais, de la paix, de l'équilibre, du bonheur de vivre pleinement, sans ne plus rien détruire.

 

Ne plus te laisser envahir par les plantes de la colère, le ressentiment, la haine, celles du   mal-être, qu'il faudra réduire et enfouir dans la terre, pour quelles servent « d'humus décomposé », qui permettra à ton arbre de vie heureuse, de pouvoir se développer sur ces tas de décomposition, enfin utiles à une reconstruction, les fruits de ses branches te conviendront beaucoup mieux, et tu me permettras de voyager avec toi, sorti de ces décombres.

 

Je t'aiderai Robert, à aller sur ce chemin, notre profonde douleur, due à nos souffrances, nos blessures qui n'étaient pas souhaitées, nous continuerons de les soigner, Laissons l'alcool, pour nous c'est un poison, nous trouverons une nouvelle vie à recommencer.

 

As-tu vu chez les AA que d'autres y sont parvenus ? Essayons de monter dans ce train, celui qui ramène à la vie, la vraie vie, hors de cette maison où tu laisseras ta folie, aux soins de

Ste Marie, cette escale en plein océan des ténèbres. Repars vers la lumière du soleil.

 

Lisons et écoutons ce qui est dit, observons leurs règles, Robert, je suis ton âme, notre souffrance a assez duré, cessons d'être torturé à en réclamer la mort.

Un adulte tu es maintenant essais de le devenir vraiment, je t'y aiderai, ensemble nous mangerons les fruits nouveaux que nous montrent ces AA, là devant toi ;

                                                                         Robert.T.

 Ils sont vivant, tu le deviendras, et grâce à Dieu, encore longtemps le resteras.

 

                                                                Robert de Nice. (2003)

 

 

(Écrit à ma sortie de l'hôpital psychiatrique de Ste Marie de Nice en avril 1983, ressorti et lu en 1989, lors de mon dernier mariage, réécris en 2005 lors de ma prise de retraite,...  en 2009, mon arbre de vie est  âgé de 27 années, qui démontre que cela est possible, j'ai aujourd'hui, une vie de paix, avec beaucoup d'Amis(e).     

 

Nice le 15 juin 2009. (Ma gratitude aux alcooliques anonymes).

                                                                                                    


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Robert.Nice. 22/06/2009 10:16

Quoi de plus beau que d'avoir était battu, ruiné, vaincu par l'alcool,et revenir à la vie, pouvoir le dire sincèrement à ceux qui ni croient plus, VIvre une vie de reconstruction, avec joie et bonheur, Oui cela est possible, d'autres que moi l'ont fait, vous pouvez le faire aussi,amitié à ceux qui liront ce texte, courage, un jour à la fois. Robert.