Caresses de la vie (clic gauche sur image)

Publié le par Robert Denice

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LP 19/08/2009 06:34

Toujours pas évident d'ouvrir tes PPS Robert!
Mais un beau diaporama plein d'Amour.
Je t'embrasse.

Robert.Nice. 15/08/2009 10:15

Merci Michelle de ce développement de la volonté déchainée camouflée dans des endroits impossibles de notre personnalité.
j'aime: "j'accepte d'une main mais garde le gouvernail de l'autre!" et la tête dans le mur....

michelle m 14/08/2009 08:09

A propos de volonté déchaînée... je poste ici mon commentaire car il ne semble pas vouloir apparaître où j'aurais voulu l'inscrire, là où il aurait dû se trouver... peut-être acceptera-t-il d'apparaître ici, sinon... je lâche prise... ;o))
Merci Robert pour ce témoignage.

En parcourant sensiblement ce même chemin, j'ai pu constater à de nombreuses et douloureuses reprises à quel point ma volonté déchaînée m'entraînait dans la tourmente, dans l'absurde, dans l'irrationnel ; je ne suis vraiment pas la personne la mieux placée pour savoir ce qui est bon pour moi, ou ce qui le sera au bout du compte, et je sais que j'ai de bonnes aptitudes à m'envoyer dans le mur en ne considérant que ce que "je veux". C'est pourquoi la capitulation est si importante... elle fut impérative pour moi, sans réserve.

Puis j'ai parfois découvert de drôles d'endroits où se logeait ma volonté, qui, se trouvant de moins en moins déchaînée, n'en était pas moins, et pas moins exigeante, attentiste pour le moins.

Ainsi j'ai pu commencer par contrer ma volonté dans mes exigences, B-A BA, Monsieur de La Palice n'est pas loin... en supprimant le verbe vouloir de mon vocabulaire...
Puis je me suis aperçue qu'elle se cachait aussi très grossièrement dans mes attentes, avec lesquelles de plus je me préparais mes déceptions - i.e. mes futurs ressentiments et apitoiements, les deux mamelles de l'égocentrisme...
Et j'apprends également qu'elle se trouve dans tous les "j'aimerais bien", "je souhaiterais", "si ça pouvait se passer comme ça...", "ce serait chouette si...", qui sont autant de désirs à peine voilés, de ceux où sans m'en rendre compte j'ai repris en douce les manettes de ma vie, de ceux où sans me le dire vraiment je pense : "que ma volonté soit faite et non la tienne...", tout en disant l'inverse avec une belle véhémence ! avec cette si formidable sincère mauvaise foi fort caractéristique aux dépendants de tous poils...
A quoi ça servirait en effet d'avoir confié sa vie et sa volonté aux soins de qui de droit, si c'était pour en reprendre régulièrement des parcelles de contrôle ? pourquoi (et surtout comment) d'une main accepter que soi-même, les choses, les gens et les évènements soient ce qu'ils sont, en feignant d'ignorer ce que fait l'autre main agrippée au gouvernail pour faire changer tout ça ?

Poser des actes ET se confier... Pas plus. Pas moins.

C'est un travail de fourmi qui amène à cet abandon bien spécial, celui qui permet de recevoir tout ce qui nous échoit comme un cadeau, même si au départ ça ressemble à s'y méprendre à une grosse tuile ; pour enfin parvenir à vivre le : "Fais de moi ce que je dois être", à se sentir dans Sa main, à se trouver dans la paix intérieure, celle qui sans le "vouloir" se voit à l'extérieur...

Ceci me rappelle ce grand monsieur qu'était Michel Serrault, qui disait : "la meilleure prière ? que ta volonté soit faite et non la mienne, tout le reste n'est que du bla-bla !".
Ainsi que j'ai souvent pu le voir, la volonté déchaînée ne s'exprime pas que dans la rage les poings fermés, elle prend aussi parfois des allures d'ingénue, même aux yeux de son ou sa propriétaire, et la construction de scénarios alambiqués, les manoeuvres douteuses et la savante manipulation pour parvenir à son but, en sont autant de faire-valoir... mais elle a aussi cette implacable particularité de toujours finir par revenir comme un boomerang en pleine tête, violemment quelque fois...

Merci Robert pour cette réflexion offerte en début de semaine qui m'accompagne depuis, venue comme un oracle poser son empreinte sur mon aujourd'hui.
Bonnes 24 heures et mes amitiés

Robert.Nice. 12/08/2009 11:43

Même si la vie n'a pas toujours était tendre, avec honnêteté il faut reconnaître, qu'il y a eu des moments de bonheur et des possibilités de retrouver la paix et la joie de vivre.